Sports des Villes//Le Blog

Sports des Villes//Le Blog

Conception Skateparks, aires de glisse urbaine

Un projet de skatepark ? // Quelques points importants!

Publié par Julien Bouvier SDV

Catégories : #Projet skatepark

Eléments à intégrer dans les réflexions portant sur la réalisation d'un dispositif Glisse Urbaine:

1 Accessibilité:

Proximité des transports en commun (arrêt de bus, tram, gare)

Raccordement aisé au réseau de pistes cyclables.

Proximité d'un parking automobile.

2 Visibilité:

Choix d'un lieu le plus passant possible.

Visibilité du dispositif depuis la rue, une place, un square.

(de fait, si possible offrir un accès direct depuis la rue)

3 Sécurité:

La sécurité reste un élément important afin d'éviter aux pratiques délictueuses de prendre forme sur cet espace « jeune ».

Ce paramètre est lié au deux éléments cités plus haut. Si le dispositif est bien visible, dans un espace assez dégagé et accessible directement depuis la rue par les forces de l'ordre, les délinquants ne choisiront pas cet endroit pour y développer des trafics.

La sécurité concerne également les pratiquants. Une bonne implantation contribuera fortement à la rapidité de constatation et de prise en charge de l'éventuel blessé. (rapidité de l'alerte, rapidité d'intervention des secours).

La sécurité est également liée à la qualité de conception de l'équipement (trajectoires, vitesses).

La sécurité est bien sûr liée à l'équipement en lui même. Les vendeurs de structures modulaires (structures métal, bois) ont tendance à sur-évaluer l'importance de l'amortissement que peuvent offrir leurs structures en comparaison du béton. Si cet argument est en partie recevable sur les surfaces des modules, ils oublient de mentionner que les chutes, les impacts, ont majoritairement lieu au niveau du sol, donc des surfaces hors modules. La nécessité d'une surface plus "souple" est pertinente dès lors qu'il s'agit de créer de gros éléments de saut que seul des pratiquants experts peuvent utiliser (compétitions internationales type FISE, SIMPLE SESSION); nous remarquons que ces structures sont systématiquement montées et démontées pour chaque événements. Il existe bien sûr les Mégarampes développées par Danny Way (structure privée). Mais nous remarquons que ces équipements sont donc en accès contrôlé, non soumis à la pression et l'usage du grand public. La majorité des skateparks sont des équipements en libre accès destinées à tous les publics. Les volumétries et typologies d'équipement demandés par les pratiquants ne constituent pas des formes qui rendent nécessaire l'utilisation de surfaces de réception "plus souples" que le béton.

Mais le plus important est bien sûr la sécurité liée à la maintenance des équipements, car les structures de type modulaire demandent un entretien suivi et très régulier de la part des gestionnaires. Les réparations sont toujours provisoires et coûteuses en moyens humains (services techniques de la Ville très souvent sollicités), et financiers (la remise en état neuf des modules représente très souvent la moitié du prix des modules au moment de leur acquisition)

Exemple: skatepark de Caen achat en 2007 (84 000 euros TTC) / rénovation en 2014 ( 40 700 euros TTC). Il est important de préciser que cette rénovation était attendue par les pratiquants depuis plusieurs années. Dès les premières semaines qui ont suivi la rénovation du skatepark les visses tenant les plaques commençaient à sauter, la rampe et quasi-inutilisable en raison de sa surface totalement gondolée.

Ainsi, en ce qui concerne la création de skatepark en libre accès, le béton constitue l'unique solution réellement adaptée aux collectivités locales. Si l'investissement initial est supérieur en terme d'investissement, il s'avère très économe en coût de fonctionnement en comparaison des structures modulaires.

4 Nuisance sonore:

Les pratiques de glisse urbaine sont bruyantes, c'est un fait. La forte fréquentation des espaces publics génère du bruit, l'humain étant un animal à deux pattes particulièrement bruyant... Un skatepark modulaire augmente de façon importante ce phénomène, car aux bruits "normaux" sont ajoutés les bruits amplifiés par les caisses de résonance que constituent les modules. Pour un skatepark, le béton est le matériau qui évite le mieux les phénomènes d'amplification de ces bruits. De manière générale, il convient de respecter une distance minimale de 50 m avec les habitations les plus proches lorque le skatepark est 100% béton, beaucoup plus en cas de structure modulaire.

Si le projet concerne un espace couvert, la problématique se déplace sur vers les propriétés acoustiques du bâtiment. C'est d'autant plus important que dans le cadre d'un skatepark couvert, c'est une conception modulaire en bois qui est la plus adaptée, car moins coûteuse. Il est bien sûr envisageable de réaliser tout ou partie des surfaces de pratique en béton (maintenance minimale).

5 Taille du dispositif:

Plus grande sera la surface, plus grandes seront les possibilités d'aménagements. En effet, un espace assez vaste permet l'intégration de « la verdure » à cet agencement.

Il n'y a pas de règle stricte en matière d'espace maximum ou minimum pour la mise en place d'un dispositif glisse urbaine. L'important est de faire en sorte qu'il ne soit pas en saturation lors des pics d'affluence. En effet, si la densité de pratiquants est trop importante, le risque de collision augmente. Si le dispositif prévu est un espace couvert, la surface à prévoir est fonction des commodités envisagées, de la fréquentation escomptée, des volontés d'organisation d’événements susceptibles d’accueillir du public (mise en place de gradins, de stands etc...), aussi, il est possible d'envisager la création de plusieurs zones distinctes destinées à des publics plus ou moins experts, à la mise en place de créneaux d'initiation sans pour autant priver les pratiquants privilégiant un mode libre de pratique (horaires de pratique). Afin d'éviter les phénomènes de créneaux horaires, il est possible de prévoir des zones plus ou moins adaptées à telle ou telle pratique...

6 Les matériaux de construction (Skatepark extérieurs en libre accès):

Un rapide tour d'horizon du sujet permet de constater la grande variété de matériau de construction utilisés dans la construction des skateparks. Deux grandes catégories se distinguent.

La première, la plus hétérogène, est la catégorie des skatepark modulaires posés sur une dalle.

La dalle est réalisée en béton bitumineux (enrobé 0/6), en asphalte, ou encore en béton lissé. Pour les skateparks de type modulaire il est impératif d'opter pour une dalle en béton lissé. Celle-ci conservera longtemps sa qualité de glisse, les surfaces goudronnées deviennent très rapidement très rugueuses et inconfortables.

Concernant les modules, il peuvent être dotés de charpentes métalliques, en bois. Les surfaces de roulement peuvent être phénoliques, résines, bois, ou encore métalliques. Le confort et une bonne qualité de roulement sont parfois au rendez-vous à condition que le travail d'assemblage et de montage soit très soignés. Cependant, ces assemblages sont soumis à de fortes contraintes est se dégradent très rapidement (surtout si l'équipement est fréquenté). Il est impératif d'effectuer un suivi assidu et régulier des installations (visses qui ressortent, plaques désolidarisées des structures, percements...) Ces structurent demandent une maintenance très importante et très coûteuse.

Pour aller plus loin je vous recommande la lecture de cette page rédigée il y a quelques années:

http://www.sportsdesvillesleblog.fr/page-6063324.html

La seconde catégorie est celle des skateparks entièrement réalisés en béton.

Sports des Villes propose ce type d'aménagement, car c'est clairement la meilleure solution pour ce type d'équipement (accès libre, plein air).

Le béton offre le meilleur compromis coût / maintenance.

Deux méthodes de construction sont envisageables. Les surfaces peuvent être réalisées in situ, par coulage et lissage des surfaces sur le site. Ou celles-ci peuvent être préfabriquées (moules/coffrages) puis acheminées sur site.

Le béton coulé sur place permet l'aménagement de skatepark sur mesure, une grande variété de configuration. La réalisation des moules pour le système préfabriqué étant très coûteuse, il est nécessaire pour ces entreprises de les utiliser à plusieurs reprises, ce qui conduit à une standardisation de l'offre de ces constructeurs. Cela abouti très souvent à des conceptions et des agencement de type modulaire.

Une fois ces points abordés il sera possible pour la collectivité locale de prévoir un budget adapté à ses ambitions, son foncier disponible, et ses moyens disponibles.

Il est important de remarquer qu'en comparaison avec d'autres équipements, un skatepark en béton n'est pas cher!

En effet, un terrain de football synthétique moderne coûtera autour des 500 000 euros HT (hors études). Ce budget correspondant par exemple au budget de construction du skatepark de Poissy (78), équipement de 1600m².

http://www.sportsdesvillesleblog.fr/skatepark-de-poissy

Un terrain de type multisupport induit un budget de construction avoisinant très souvent les 70 000 à 80 000 euros HT en comptant le sol et les structures(hors études). C'est le budget de construction du skatepark de Bruyères le Châtel (91)

http://www.sportsdesvillesleblog.fr/2016/08/bruyeres-le-chatel-91-fiche-projet.html

Si dessous, vous trouverez un certain nombre de liens vous permettant de poursuivre vos recherches documentaires et alimenter votre réflexion. Bien souvent, les élus "regrettent" de ne pas avoir mis plus de moyens dans les projets dès le départ... au regard du succès phénoménal que connaissent ces équipements réalisés par Sports des Villes, des projets ont du être agrandis par la suite, comme à Mers les Bains, à Livarot, à Douai...

Archives